Fédération régionale des Civam d'Occitanie

Dynamiques Collectives

De plus en plus de dynamiques accompagnées par les CIVAM sont aujourd’hui reconnues et soutenues par les dispositifs de l’État qui visent à mettre en relation des agricultrices et agriculteurs pour faciliter l’échange de leurs pratiques agricoles, ainsi que le partage de leurs expériences et connaissances en agroécologie.
Ces collectifs peuvent prendre la forme de Groupements d’Intérêt Économique et Environnemental (GIEE), de groupes DEPHY Ferme ou de groupes 30 000.
En région Occitanie, près de trente groupes locaux accompagnent des agricultrices et agriculteurs grâce à ce soutien de l’État.
Pour plus de renseignements sur ces dispositifs et la découverte de ces projets collectifs, vous pouvez parcourir la plateforme web nationale :
collectifs-agroecologie.fr

Référente régionale

Karen POIROT
karen.poirot@civam-occitanie.fr
04 67 06 23 38 - 06 69 64 79 30

DEPHY

DEPHY FERME est un réseau de démonstration et de production de références de terrain. Il s’appuie sur près de 1 900 exploitations agricoles volontaires mettant en œuvre un projet de réduction du recours aux produits phytosanitaires. Ces exploitations sont réparties en 185 groupes d’une dizaine d’agriculteurs, animés et accompagnés par des ingénieurs réseaux issus d’une diversité de structures (Chambres d’agriculture, coopératives, CIVAM, etc.).

Les CIVAM accompagnent 5 groupes DEPHY en Occitanie :

  • Fédération régionale des CIVAM : groupe accompagné en viticulture,
  • GAB 65 : groupe accompagné en maraîchage,
  • APABA : groupes accompagné en maraîchage et arboriculture
  • Bio-Ariège-Garonne : groupe accompagné en maraîchage

GIEE

Les GIEE, Groupements d’Intérêt Economique et Environnemental, sont des collectifs d’agricultrices et d’agriculteurs reconnus par l’Etat qui s’engagent dans un projet pluriannuel de modification ou de consolidation de leurs pratiques agroécologiques en visant à la fois des objectifs économiques, environnementaux et sociaux.

Les actions prévues dans un projet reconnu dans le cadre d’un GIEE bénéficient de majoration dans l’attribution des aides ou d’une attribution préférentielle des aides, selon les possibilités offertes par le programme de développement rural régional.

Des collectifs en constitution peuvent également être financés pendant un an, pour structurer un groupe qui pourra le cas échéant être reconnu comme GIEE l’année suivante. On parle alors de soutien à l’émergence de GIEE.

En Occitanie, la FR CIVAM Occitanie anime et soutient les projets de 5 GIEE.

Groupes 30000

Le plan Écophyto 2 a pour ambition d’engager 30 000 exploitations agricoles dans la transition vers l’agroécologie à bas niveau de produits phytopharmaceutiques. L’objectif est de diffuser les résultats obtenus sur les différentes fermes du réseau DEPHY et d’autres réseaux, et de passer du stade expérimental à une application concrète à grande échelle.

Qu’est-ce qu’un groupe 30 000 ?

Cette démarche d’accompagnement de 30 000 exploitations agricoles concerne des collectifs d’agriculteurs, dits groupes « 30 000 ». Ces groupes comportent des agriculteurs et peuvent associer des partenaires non agricoles (aval des filières, collectivités, parcs naturels régionaux, représentants de la recherche et de la formation…).

Les agriculteurs concernés par la démarche sont des agriculteurs :

  • déjà organisés dans un collectif existant avec un objectif ou des leviers d’action communs (DEPHY, CETA, GIEE, GDA, CUMA, réseaux de coopératives, CIVAM…) ;
  • et/ou déjà organisés en collectif fondé sur une entrée territoriale (signes de qualité, zones sensibles, aires d’alimentation de captage…) et souhaitant approfondir la démarche en cours autour de l’agroécologie ;
  • et/ou intéressés et souhaitant s’inscrire dans une démarche collective en lien avec l’agroécologie en vue de réduire significativement l’usage des produits phytopharmaceutiques.

Ces groupes sont mobilisés autour d’un projet collectif de réduction significative de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques également décliné à l’échelle de chaque exploitation. Chaque groupe choisit la structure la plus adaptée pour l’accompagner dans ses démarches collectives et individuelles.

CAPITALISATION

La capitalisation des initiatives menées par les collectifs d’agriculteurs et d’agricultrices permet de prolonger l’action au-delà du groupe.
Cela peut prendre forme à travers des actions de sensibilisation, de diffusion, de mutualisation de moyens pour créer un véritable effet d’entrainement chez les autres agriculteurs et agricultrices du secteur, voire jusqu’au consommateur, en organisant la production pour l’alimentation locale, ou encore par des travaux de création de filières territoriales.

LES CIVAM DE LA RÉGION IMPLIQUÉS EN Dynamiques Collectives